Le Processus

Le processus de médiation nécessite, en règle générale, 3 à 5 séances d’une durée d’environ 3 heures.

Le déroulement d’une médiation se présente comme suit 


Première étape: Réunion préliminaire

La première réunion avec les parties en conflit permet d’une part au médiateur de collecter les informations nécessaires à la mise en place de la médiation et d’autre part de donner l’information aux parties pour leur permettre de faire des choix éclairés.

En effet, lors de cette première entrevue, le médiateur remettra aux parties un protocole de médiation et leur en expliquera le contenu. Cela lui donnera l’occasion d’informer les parties sur le rôle du médiateur, les règles du processus et les méthodes utilisées.


Deuxième étape: Phase d’installation

Si les parties ont pu bénéficier d’une réunion préliminaire, la phase d’installation permet simplement de vérifier que les parties sont totalement d’accord avec le protocole de médiation et avec le processus de médiation. Si c’est le cas, les parties en conflit ainsi que le médiateur signeront le protocole avant de débuter concrètement la médiation.

Si les parties n’ont pas pu bénéficier d’une réunion préliminaire, la phase d’installation sera légèrement plus longue.

Il est très important de rappeler à ce stade que le processus de médiation repose sur le principe du volontaire, c’est-à-dire que les parties en conflit sont libres et responsables d’interrompre la médiation ou y mettre fin à tout moment (même si le protocole de médiation a été signé).


Troisième étape : La phase de narration

La phase de narration permet au médiateur d’entendre, à tour de rôle, les parties sur la nature du conflit.

Chaque partie devra pour cela respecter les règles de communication imposées par le médiateur dès le début du processus.

Il est important de préciser que chaque partie disposera du même temps de parole.


Quatrième étape : L’identification des sujets et des intérêts

Cette phase consiste en une investigation de la part du médiateur sur base des éléments d’informations recueillis lors de la phase précédente en vue d’identifier tous les éléments tangibles communs aux parties qui doivent être réglés (les sujets) et tout ce qui est important dans la situation donnée et qui est personnel à chacune des parties et qui devrait idéalement être rencontrée (les intérêts).


Cinquième étape : La phase des options

A ce stade du processus, les parties explorent toutes les pistes de solutions possibles qui pourraient, de façon abstraite et non personnelle dans un premier temps, rencontrer les sujets et intérêts identifiés lors de la phase précédente, et ce grâce à l’intervention du médiateur qui structure, réglemente, stimule et récolte les fruits de la créativité des parties, étant entendu qu’il s’agit de pistes qui n’engagent PAS les parties.


Sixième étape : La phase de négociation et de décision

La négociation est le moment où les parties vont révéler leurs préférences et leurs priorités par rapport aux options générées dans la phase précédente et en principe, grâce à l’intervention du médiateur, faire des échanges et des compromis de façon équilibrée en vue d’un accord sage.

Une fois que les parties se sont mises d’accord sur les solutions à mettre en œuvre, le médiateur récolte les termes de l’entente, vérifie que rien n’a été oublié et que rien n’est contraire à l’Ordre Public.

L’accord sage est dès lors rédigé et adressé aux parties en litige.

Il est utile de préciser qu’un accord de médiation peut être homologué par un Tribunal afin d’en obtenir les mêmes effets qu’un jugement.